Renforcer son système immunitaire par les compléments alimentaires

Le système immunitaire est notre meilleur allié pour conserver une bonne santé.

Il importe donc de maintenir son efficacité en veillant à adopter une alimentation équilibrée et une bonne hygiène de vie.

De nombreux compléments alimentaires se vantent de pouvoir soutenir le système immunitaire, le plus souvent sans preuve.

 

QUEL EST LE ROLE DU SYSTEME IMMUNITAIRE ?

Le système immunitaire protège le corps contre les ennemis externes que sont les bactéries, les virus et les champignons responsables d’infections et contre les ennemis internes que sont, notamment, les anomalies et dysfonctionnements cellulaires.

Sa capacité à récupérer, à mémoriser la structure de certains éléments des micro-organismes infectieux est remarquable et constitue le principe de base de la vaccination.

Lors de maladies infectieuses, ou de cancers, le pronostic dépend en grande partie de la capacité du système immunitaire à répondre efficacement et rapidement, soit en neutralisant l’action des envahisseurs, soit en les détruisant.

La malnutrition, le vieillissement, mais aussi le manque de sommeil, le stress excessif et le manque ou l’excès d’exercice physique peut affaiblir le système immunitaire.

 

QUELS COMPLEMENTS ALIMENTAIRES ?

Les ingrédients contenus dans les compléments alimentaires proposés pour soutenir l’action du système immunitaire sont variés : bactéries, probiotiques, plantes, champignons, minéraux et vitamines, ainsi que la lactoferrine, une protéine de lait.

Leur efficacité chez l’homme est difficile à prouver car il est éthiquement impossible d’inoculer des micro-organismes infectieux à des patients pour vérifier l’activité d’une substance censée stimuler l’immunité.

Pour cette raison, les médicaments immunostimulants, généralement assez anciens, qui existaient en pharmacie, ont cessé d’être commercialisés.

Les substances anti-oxydantes sont également promues comme pouvant participer au soutien du système immunitaire, sans qu’aucune preuve puisse être réellement fournie pour confirmer cette allégation.

 

  • Les PROBIOTIQUES

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants (bactéries et levures) qui peuvent coloniser notre flore intestinale. Certains probiotiques sont prescrits pour soulager les diarrhées d’origine infectieuse ou provoquées par la prise d’antibiotiques. D’autres semblent également améliorer l’immunité de l’intestin.

L’agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) reconnaît la contribution des probiotiques au renforcement des défenses immunitaires des nourrissons, en particulier avec la souche Bifidobacterium lactis Bb12.

Actuellement, de très nombreuses études sur l’efficacité des probiotiques sont faites par l’industrie agroalimentaire dans des domaines aussi divers que le traitement des allergies, de l’eczéma ou la stimulation de l’immunité générale. Ce domaine de recherche semble assez prometteur.

Les probiotiques sont disponibles sous forme de gélules ou solutions buvables.

Outre les aliments traditionnellement riches en probiotiques comme les yaourts, le lait fermenté, le lait Ribot, le salamis ou les fromages, par exemple, il existe aujourd’hui nombre de produits laitiers spécifiquement enrichis en probiotiques et dont il est fait une très large publicité.

 

  • Les CHAMPIGNONS

Le Shitaké, le Maïtaké et le Reishi sont quelques-uns des champignons utilisés par la médecine traditionnelle chinoise. Disponible en France sous forme de compléments alimentaires, ils sont proposés pour tonifier l’organisme, stimuler les défenses naturelles et renforcer la résistance du corps face au stress.

De nombreuses études ont été menées sur les effets de substances présentes dans le shiitaké et le maïtaké. Au Japon, deux d’entre elles constituent le principe actif de médicaments utilisés dans les traitements des cancers.

Leur action repose sur leur capacité à stimuler les défenses immunitaires. Cependant tous les essais cliniques concluants sur ces substances ont été menés en utilisant des substances injectables. Aucune étude n’est parvenue à identifier un effet lié à l’ingestion d’extrait de ces champignons.

 

  • Le GINSENG et AUTRES PLANTES ADAPTOGENES

Le ginseng et autres plantes adaptogènes, comme l’éleuthérocoque, la rhodiole, ou schizandra sont censées soutenir le système immunitaire. Les très nombreuses études qui sous-tendent cette allégation ont été réalisées sur des animaux et leurs résultats ne peuvent être généralisés à l’homme.

 

  • L’ECHINACEE

L’échinacée (Echnacea angustigolia) est une plante médicinale originaire des Etats-Unis traditionnellement employée par les Amérindiens. Elle soutiendrait les défenses naturelles du corps durant un épisode infectieux.

Les études cliniques les plus récentes et les plus fiables n’ont pourtant pas réussi à mettre en évidence cet effet.

 

  • Le SELENIUM

Le sélénium est un oligo-élément qui possède des propriétés antioxydants. Plusieurs études épidémiologiques ont montré qu’un régime riche en sélénium semble être lié à une diminution du nombre de cas de certains cancers, en particulier celui de la prostate et, dans une moindre mesure celui du côlon.

Il semble jouer un rôle dans les défenses immunitaires, mais cette propriété reste à confirmer. De plus le sélénium est rapidement toxique et son usage doit se faire sous contrôle médical.

 

  • Le ZINC

Le zinc est un oligoélément favorisant l’immunité, mais uniquement chez les personnes carencées, c’est à dire celles qui souffrent de maladies intestinales, de malnutrition, d’alcoolisme ou les personnes âgées. Un excès de zinc tend au contraire à diminuer les défenses immunitaires.

Il se trouve en quantité intéressante dans les huîtres, le germe de blé, le foie, les viandes, les crustacés et les graines de sésame.

 

  • La VITAMINE C (acide ascorbique)

La vitamine C possède une puissante activité antioxydants. Elle est largement perçue par le grand public comme participant au renforcement des défenses immunitaires.

Toutefois, ce type d’effet n’a été mis en évidence que chez les personnes présentant un apport alimentaire insuffisant en vitamine C. Il n’existe aucune preuve d’efficacité chez des personnes ayant par ailleurs, une alimentation équilibrée.

 

  • La LACTOFERRINE

La lactoferrine est un protéine présente dans le lait et dans la salive, qui inhibe la multiplication des micro-organismes en fixant le fer nécessaire à leur croissance et en agissant sur leur membrane. De plus, elle module l’action de nombreuses cellules du système immunitaire.

Des études sérieuses menées chez les souris et chez le porc montrent que l’ingestion de lactoferrine pendant quatre semaines stimule la réponse immunitaire générale et celle de l’intestin. Cet effet a été observé chez l’homme dans deux études de petite taille.

Des études complémentaires plus vastes sont nécessaires avant de pouvoir affirmer que la lactoferrine est capable de stimuler efficacement notre système immunitaire

 

EXISTE-T-IL DES RISQUES

En effet en cas de surdosage, il peut y avoir quelques désagréments.

Mais généralement, en consommant les produits cités ci dessus, les effets sont plus souvent positifs sur votre organisme que négatifs.

Les éventuels effets indésirables des probiotiques sont les ballonnements, des gaz et une constipation (occasionnellement).

Le shiitaké et le maïtaké peuvent provoquer des troubles de type allergiques ou digestifs.

Le reishi est déconseillé aux personnes qui prennent des médicaments anticoagulants ou qui vont subir une intervention chirurgicale. Ses éventuels effets indésirables sont des diarrhées, des saignements de nez ou des démangeaisons.

Les personnes souffrant d’hypertension artérielle ne doivent pas prendre de ginseng.

Celles qui souffrent de diabète ou de maladies cardiaques ont intérêt à consulter leur médecin avant de consommer cette plante.

Nervosité, insomnies, irritabilité, diarrhée, hypertension artérielle et palpitations sont les principaux effets indésirables dus à la consommation excessive de ginseng.

L’échinacée est déconseillée aux personnes qui prennent des médicaments immunodépresseurs après une greffe d’organe ou lors de maladie auto-immune.

Ses éventuels effets indésirables sont de légers troubles digestifs, des éruptions cutanées et des nausées.

Prendre des compléments de zinc sur une longue période expose paradoxalement à une baisse de l’immunité et à une carence en cuivre.

Ingéré en excès, le sélénium peut s’avérer toxique.

Les personnes sujettes aux calculs urinaires et celles qui souffrent de maladies où l’on observe une accumulation de fer dans l’organisme doivent s’abstenir de prendre des doses élevées de vitamine C.

D’une manière générale, une alimentation saine, variée, et équilibrée ainsi qu’une complémentation individualisée et conseillée par un professionnel de la santé en cas de besoin, ne vous exposeront à aucun risque et contribueront à l’optimisation de vos performances.

 

QUE PUIS-JE FAIRE D’AUTRE ?

  • Manger équilibré et diversifié

Une alimentation équilibrée, comportant assez de vitamines, de sels minéraux et d’oligo-éléments est essentielle pour optimiser l’efficacité du système immunitaire. Mais aucun aliment ne contient tous les nutriments nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme, excepté le lait maternel pour le nourrisson. C’est pourquoi il convient de diversifier son alimentation.

 

  • Pratiquer une activité physique

L’activité physique régulière contribuerait à l’immunité en favorisant une bonne santé globale. Elle pourrait en outre avoir un effet positif direct sur l’immunité.

 

  • Se relaxer

Plusieurs études ont mis en évidence le lien entre le stress chronique et baisse de l’immunité. Si vous traversez une période très stressante, cherchez des moyens de vous relaxer ou n’hésitez pas consulter un spécialiste pour vous faire aider.

 

  • Appliquer les mesures d’hygiène de base

. Pour optimiser les défenses immunitaires du nez, de la gorge et des bronches, veillez à ne pas trop chauffer votre logis et à y maintenir une atmosphère suffisamment humide. Aérez les pièces tous les jours, même par grand froid. Evitez de rester inactif dans une atmosphère froide et humide.

. Pour optimiser les défenses immunitaires intestinales, mangez régulièrement des yaourts, du fromage ou buvez du lait fermenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *